France | Haute-Savoie

Mont de Grange

Le Mont de Grange est un sommet des préalpes de la Haute-Savoie qui domine Châtel et Chapelle d’Abondance. Il existe plusieurs chemins pour y accéder, mais quel que soit le sentier c’est raide. Montagne qui se mérite donc. J’ai eu l’occasion de faire plusieurs accès (par l’arête de Pertuis, par Coicon) et ma dernière visite était en hiver par l’arête de la Montagne de Pertuis. Je savais que je reviendrai pour la visiter en été.

Plan des Feux

La veille je suis venu pour faire un tour sous le sommet et j’ai dormi sous tente dans le secteur de Plan des Feux. Cela me permet de partir tôt, sachant que les nuages, en été, viennent vite. Je quitte donc Plan des Feux et son grand parking (une fontaine est à disposition) à 7h15, je sais que la montée est longue. Il serait possible de gagner du temps en poursuivant sur la route (piste de ski), mais elle est interdite. Je me surprends à respecter le règlement !

La Plaine Joux

Il faut donc suivre une route d’alpage, tranquille, mais pas forcément passionnante. De temps en temps, une trouée permet de voir le Mont Chauffé, les Cornettes de Bise. Le long de la route il y a quelques panneaux touristiques sur la faune locale. Plutôt généraliste, mais bien fait. J’ai le droit à des fraises des bois et quelques framboises. Sympa.

Après les fermes de Plaine Joux, les panneaux indique de passer en bas par l’Enquenaz, mais il est plus directe de suivre le sentier du haut qui nous amène au Pt1498. De là, on suit une route de 4×4 en forêt. C’est pentu, mais confortable.

Leschaux

Je rejoins ainsi des chalets à Leschaux. Il y a une mare avec des libellules . Des motoneiges et une ratrack indique que ce secteur doit être utilisé pour le ski de fond.

Belair

Je poursuis sur ce plateau, la pente se fait plus raide et j’arrive à Belair.

Montagne de Pertuis

Désormais on bifurque pour suivre la Montagne de Pertuis. La vue s’ouvre sur les préalpes de la Haute-Savoie, secteur du Roc de la Tavanneuse avec en contrebas le lac des Plagnes. C’est en bonne partie un passage en forêt parmi des aulnes, avec des épicéas. C’est roulant, mais moins charmant.

Lanches des Praults

Puis nous abordons la partie des Lanches des Praults. C’est un des passages clés de cette randonnée. C’est plutôt raide et il faut traverser une zone pleine de rochers. Le sentie se suit facilement, de nombreux marquages avec des points rouges empêchent de se perdre. Mais c’est physique. Il faut souvent mettre un pied plus haut que l’autre (type marche d’escalier) et cela demande la vigilance. Parfois l’aide d’une main permet de garder son équilibre. Les mollets chauffent et le souffle se fait court. Par contre c’est fort joli, le rocher est de type conglomérat avec des gros blocs rocheux esthétiques.

Le final pour le sommet des Lanches des Praults demandent de l’attention, sur l’arête, assez confortable, mais aérienne, puis un court passage raide pour rejoindre le sommet des Lanches des Praults flanqué d’une modeste croix blanche. Là, je me fais rattraper par un groupe de trois personnes, sac à dos et chaussures de trail.

Mont de Grange

Un passage tranquille, puis c’est la montée finale, raide. Techniquement pas de grosses difficultés sinon parfois de mettre un pied plus haut que l’autre et parfois une main pour garder l’équilibre. Par contre c’est physique. A ce jeu je me surprends à tenir le rythme avec les trois traileurs. L’occasion de discuter avec eux, de la région de Vacheresse. Nous arrivons ensemble sur le plateau sommital du Mont de Grange. Tiens les moutons pâturent dans ce secteur. Les pauvres ils souffrent de la chaleur. Nous arrivons sur le sommet avec sa croix en fer bien rouillée et son panneau panoramique rond. Devant se dresse le relais radio de secours, avec ses panneaux solaires

Un peu de déception de voir que les cumulus ont bien progressé et le Mont Blanc n’est plus visible. Ça vaut presque pas le coup de partir tôt.

Au niveau bestiaire il faut composer avec de petits insectes volants. Dans la combe de Chemine, environ 30 rapaces volent. Vu le comportement, je pense à des vautours.

Descente

Après une longue pause, je décide de repartir. Trois hollandais, Céline, Otto et Barnaby, demandent si une variante existe pour eux et je leur propose de me suivre. Pour moi c’est désormais en mode accompagnateur. Un joli moment de partage. Je les raccompagne à la bifurcation du Pt1694 sous Belair (aucun panneau).

Chalets de Pertuis

Je remonte à Belair et descend en direction des Chalets de Pertuis. D’abord dans des pentes dégagées puis dans une forêt avec de jolis passages. Je rejoins une route de 4×4 et une courte remontée m’amène au hameau des Chalets de Pertuis. Le cadre est idyllique, les trois premiers chalets sont les plus beaux. Les vaches, des Abondances, pâturent. Il y a une fontaine. L’occasion de recharger la gourde.

Téléski de la Combe

Je redescends et arrive en haut du téléski de la Combe. Il faut suivre la piste de ski, c’est peu passionnant.

Plan des Feux

Je retrouve la route d’alpage de l’aller. Là aussi, peu passionnant, sauf les trouées de la forêt où l’on voit les préalpes du Chablais. Je me mets en pilote automatique pour retrouver le vaste parking de Plan des Feux et sa fontaine, parfaite pour les ablutions finales.