Suisse | Valais

Enfin un beau samedi, Nouchka et Christian sont de congé et le soir nous sommes invités à Monthey, donc la randonnée se fera dans ce beau canton. C’est le Mont Noble qui est l’élu en visitant le vallon de Réchy.
On passe Sion, Nax, puis, après Inson, une route forestière où il serait difficile de se croiser. On se gare dans l’alpage de Bouzerou, où tout un groupe a reservé la cabane de Bouzerou. Nous montons dans ce joli pâturage. On découvre des panneaux touristiques qui nous suivrons tout le long jusqu’à Ar de Tsan donnant des informations sur la faune et flore. On passe après la ferme du Pt1839 dans une fort jolie forêt, puis à la gouille tout simplement nommée La Gouille. Au Pt1954, nous empruntons le chemin supérieur, lui aussi fort joli et nous sortons de la forêt sous la Tour Bonvin.
Au Pt2238, nous marquons une bonne pause casse-croute, 15°c, un petit vent, la softshell ne nous quitte pas.. La vue est agréable, la pluie de la veille à soupoudré de neige le haut des montagnes qui sont drapées d’une agréable blancheur.
Le chemin se poursuit à flanc de coteau, dans une zone d’éboulis et des cailloux parsèment le chemin. Peu avant la chute d’eau de La Rèche à Le Pichioc, le chemin descend pour mieux remonter, au grand désespoir de Nouchka qui souffre déjà. La chute d’eau est sympathique, mais l’arrivée au Pichioc est un instant magique où nous sommes éblouis par la beauté des lieux de l’Ar du Tsan.
J’avais envisagé d’aller faire un tour au lac de Le Louché, mais le temps passe et nous avons un rythme débonnaire. Nous partons donc directement pour le Col de Cou (à ne pas confondre avec celui du vallon de Verne). Joli sentier.
Au Pt2341, Christian me dit d’aller seul au Mont Noble, il restera avec Nouchka et éviteront le sommet. Je mets donc le turbo et file au Col de Cou. Je croise une dame, une des rares personnes croisées de la journée, puis j’arrive au Col de Cou. Je regarde le Mont Gautier qui était aussi prévu, mais plus le temps, pourtant il semble terriblement appétissant ! Soupir !
Le vent m’accueille au col de cou et un sentier tranquille m’amène au Mont Noble, la fin se fait sur les pistes de ski, je n’avais pas fait attention à ce détail sur la carte. Un brin déçu, derrière moi, le Mont Gautier me sussure que lui est une vraie montagne, sauvage. Ahhh faut que je revienne !
Le Mont Noble, Pt2673, est enlaidi par une statue que je trouve aussi belle qu’une verrue sur le nez. De plus en contrebas c’est toilettes publiques. Bon dégageons de ce lieux. La vue est quand même belle.
Je croise un couple, ce seront donc en tout trois personnes rencontrées dans la journée, surpris de voir si peu de monde. Pendant que je photographiais la statue de la vierge, madame dit à monsieur que je prenais une photo. Mais monsieur s’est arrêté … en restant dans le champ de vision ! Bon d’accord j’ai un grand angle, mais madame a du savoir vivre 😉
Après la croix du Pt2654.2, où se trouve le livre d’or dans le tiroir d’une table dédiée à la confession de foi catholique (bizarre de mettre un texte aussi long et rébarbatif !), je descends dans la pente O où il y a une faible sente, j’ai trouvé sympa ce passage. Descente à la Tête des Planards, plate, avant une courte descente pour retrouver la piste de ski.
Puis je bascule dans le vallon de Marenda, fort joli, pour passer devant le Chalet du Mont Noble. Ce dernier est à reserver et était fermé lors de mon passage. Il y a une fontaine à disposition. Joli cadre en tout cas. Puis je retrouve le reste de la troupe, en dessous, au départ du télésiège. Nous descendons à Le Chiesso, cherchons un peu le chemin pour Dzorniva, mais Nouchka donne des signes de grosse fatigue et nous optons pour une séparation à Dzorniva. Je l’accompagne dans la descente jusqu’à la route des Grands Pras (départ du télésiège du Mont Noble), pendant que Christian accélère le pas pour rechercher la voiture à Bouzerou et nous reprendre.
Après un chemin, route forestière, nous arrivons à Le Poyéso où le chemin se perd. Je vois la piste de descente de ski et on s’y engage. La nouvelle carte n’indique pas de chemin dans cette piste, mais mon ancienne carte si ! L’expérience n’est pas terrible, la pente est assez prononcée et en fin de parcours s’est cassant. J’arrive le premier aux Grands Pras, puis Christian. Il nous reste à aller secourir Nouchka !