Suisse | Vaud

Col de la Croix

Le col de la Croix est un col qui permet de relier les Diablerets à Villars dans le canton de Vaud. Ce col est fermé en hiver. Cela fait longtemps que je souhaite visiter ces lieux en hiver et comme il y a plusieurs petits sommets dans le secteur, je me choisis un itinéraire.

Diablerets

Je me gare au niveau de la Piste Vita, devant un entrepôt (attention aux interdictions de stationnement).

Léderrey

Je pars en suivant la piste de ski de fond qui me fait déboucher dans la vaste clairière de Léderrey. La vue s’ouvre sur le massif des Diablerets. Impressionnant dans sa face abrupte pour le refuge de Pierredar.

La Laya

Je quitte la piste de ski fond pour filer dans la forêt (il est possible de suivre la route, ce sera mon chemin de descente). Je monte au mieux et arrive devant des piquets d’une clôture. Un semblant de sente longe cette clôture et fait mes affaires. Puis une section raide me permet d’arriver sur la route. C’est plus tranquille. Un panneau jaune d’été indique La Laya, tiens c’est pour moi. Premiers pas raide et sente peu visible, puis ça se dégage. Il y a une vieille trace, mais surtout un marquage rouge (rond) et orange (gros trait) sur les arbres me permettent de progresser facilement. Une première petite clairière avec un chalet (La Laya). Encore une section en forêt et je débouche dans la clairière de La Laya, là aussi un chalet mais trop loin pour vérifier son nom. La vue s’ouvre en partie, surtout sur le secteur de Pierredar. Superbe et je retrouve le soleil. De loin je vois des skieurs descendrent les pentes sous Pierredar.

Pointe de Préserman

Peu après un skieur me rejoint, Alexys. Lui non plus ne connait pas cette course et nous poursuivons ensemble. Navigation au mieux pour filer vers la forêt. Peu dense au début, puis dense avec une pente raide. Les conversions deviennent serrées et techniques. On pénètre dans un replat d’une petite clairière. Puis retour en forêt pour parvenir dans la pente finale de la Pointe de Préserman. Là encore une pente raide, avec un espace pour skier pas trop large. A la fin le sommet du Pointe de Préserman se découvre avec sa corniche. On bascule sur le flan O à droite, neige pourrie chauffée par le soleil. Cela nous permet d’accéder au sommet de la Pointe de Préserman, sans croix ni cairn mais une corniche. On reste donc dans la pente, peu confortable.

Moille Ronde

Après une bonne pause, Alexys retourne sur nos traces, tandis que je continue au N. Je n’ai plus mes peaux et me retrouve coincé. Il y a une section raide. Je décrète le droit en bas (le topo me dit de continuer le long de la crête). Je traverse une forêt pas trop dense, je peux skier sans trop de soucis. Je rejoins la combe du topo et trouve des pentes agréables gorgées de poudreuse. Wouah trop bon ! Et ça dure longtemps. Puis sous Culan, retour en forêt, moins skiable. Je souffre un peu. Je parviens au fond de la combe, au niveau d’un cours d’eau. Instant de réflexion et va pour remettre les peaux. J’atteins une route, tiens des traces. Cela me mène à la ferme de Moille Ronde.

La Tailla

Je continue sur la route, à un panneau d’été, je poursuis à gauche pour La Tailla. Prochain panneau, il y a en plus un panneau en forme de losange pour le ski, sponsorisé par Movement. Va pour cette option. Je traverse le pâturage de La Tailla.

Pointe d’Arpille

En arrivant au niveau de la forêt, je continue droit en haut, en naviguant à vue. Je vois de temps en temps ces panneaux, la montée est agréable, la forêt est peu dense.

Je sors de la forêt pour accoster sir la large crête finale. Wouah la vue s’ouvre, trop beau. Sans soucis je parviens au sommet de la Pointe d’Arpille, juste flanqué d’un panneau en losange de Movement. Mais quelle vue ! Il est 17h, les couleurs deviennent belles, mais je ne traîne pas.

Bois de l’Essert

Je descends par la pente NE. Des vernes, mais surtout une poudreuse. Il y a plusieurs cassures dans le terrain et on ne voit pas la suite. Retour en forêt et là il faut suivre le lit d’un des affluents. J’en choisis un et ça passe, bien que parfois raide ou étroit. Puis une mini combe fort agréable et je retrouve le bas de la combe où j’ai remis les peaux.

Là je file sur la route, une trace m’aidant à prendre de la vitesse. Le gros virage, au niveau d’un pont qui enjambe le cours d’eau, il faut pousser. Puis descente par la route du Bois de l’Essert. Après une jolie descente, je croise ma piste de montée. Je préfère finir par la route ce qui me fait déboucher sur la piste. Il me suffit de la suivre, tout en profitant du coucher du soleil pour retrouver le parking du jour.

Bilan

La Pointe de Préserman n’est pas un sommet intéressant, par contre la Pointe de l’Arpille est autrement plus passionnante. Une possibilité serait de monter par la route du Bois de l’Essert (ma descente) ou monter par le chemin d’été des Séleyres ou moins sportif via les installations du Meillerets depuis Les Mazots, via le col de la Croix.