Suisse | Vaud

Diablerets

La situation est très simple. Ce mercredi, je suis appelé en renfort dans l’équipe des moniteurs de ski aux Diablerets, mais que pour l’après-midi. Il me reste à combler la matinée par une petite randonnée. Pas trop longue et dans le secteur. L’année dernière, je suis monté à la Pointe de l’Arpille (voir cette randonnée) depuis le village des Diablerets en visitant un autre sommet au passage. L’idée est d’avoir un autre parcours et surtout de bénéficier de la télécabine.

Meilleret

Je prends donc la télécabine pour les Meillerets, en ce dernier jour de JOJ (Jo de la Jeunesse 2020), 15.- CHF pour ceux qui n’ont pas le Magic Pass. Je rejoins le haut et passe devant le restaurant des Mazots. Je descends par le début de la piste de luge et arrive sur la route sur col de la Croix.

Col de la Croix

Là, je mets les peaux pour les skis et il me faut marcher sur le côté de la route. Elle est peu enneigée (ils ont déplacé la neige pour les JOJ !). Le secteur est à l’ombre et il fait un peu frais. Je passe sous les pyramides de gypse. En effet, elles ont du charme aussi. Peu après, j’arrive au col de la croix. Là, je découvre que c’est le terminus d’une piste de ski de fond, montant depuis le versant de Villars. Je visite le parking, les loups sculptés sont encore là, fidèles au poste. A contre-jour, c’est toujours un plaisir de les voir.

La Croix

Il faut descendre le long de la route, en suivant la piste de ski de fond. Avec les peaux, cela ne va pas très vite. Vers 1700m, il faut prendre la route à gauche pour La Croix. Enfin la pente devient plus prononcée. Il y a des passages au soleil puis retour à l’ombre. Tiens il y a des traces de chamois.

Je débouche sur le sommet de La Croix, flanqué d’une croix. La vue est belle. La montée se poursuit et il est joli de voir les fermes de La Croix juste éclairées par le soleil. Avec les Dents du Midi au fond, c’est fort joli.

Pointe de l’Arpille

On longe sur une croupe le bord d’une forêt d’épicéas, puis c’est la croupe finale pour une brève montée. Le sommet de la Pointe d’Arpille est vaste et ensoleillée, parfait pour la pause. La vue est vaste et panoramique. Je reste ici un petit moment pour profiter de ces lieux.

Lors de ma première visite, j’étais descendu par la face NE. L’idée est de suivre la pente N.

La Tailla

Je descends par la pente N. La neige est dure et peu agréable. J’hésite à basculer dans la face O, mais je résiste. Je finis par trouver par le côté, un peu de vieille neige poudreuse. La pente devient plus prononcée et il faut suivre une tranchée. Comme il y a beaucoup de traces, je décide de tenter ma chance plus à droite. Il faut un peu tricoter avec les vernes et arbres, mais la poudreuse est présente. Quel plaisir ! Je débouche dans le haut du pâturage de La Tailla. Puis j’arrive à hauteur de cette ferme. Là, j’hésite à couper droit en bas, mais je me ravise.

Moille Ronde

Je coupe malgré tout à travers la forêt, ça passe avec un peu de tricotage et cela me permet de rejoindre le chemin puis la route d’été. Je la suis, il faut un pousser un tout petit peu. Je rejoins les deux chalets de Moille Ronde et poursuis par la route.

Bois de l’Essert

Je coupe le virage et il faut ensuite suivre cette route. La neige est dure, presque gelée et ça descend vite. Après le grand virage du Pt1458, il faut pousser pour remonter ou faire quelques pas de canard. A partir de là, il suffit de longer la route qui traverse le bois de l’Essert. Avec la neige dure, je prends vite de la vitesse, il faut donc freiner au mieux, le chasse neige étant une valeur sûre !

Léderrey

Au Pt1343 (panneaux jaunes), j’hésite à quitter la route pour le chemin d’été, mais il y a trop peu de neige. Je poursuis donc sur la route pour finir par arriver sur le haut du pâturage de Léderrey. Une piste de ski de fond le traverse et la suis avec plaisir.

Diablerets

Je bifurque ensuite vers la piste de ski de fond qui file vers le bas de la station des Meillerets. Je coupe parfois et passe devant les premiers chalets. Peu après j’arrive à hauteur des premiers parkings. Tiens dans un jardin d’un chalet, il y a une ancienne cabine rouge d’Isenau, toute ronde. Souvenirs, souvenirs. Un dernier effort et j’arrive au parking. Il me reste à me changer pour me transformer en moniteur de ski et remonter !