Suisse | Vaud
  1. Cabane du Rocher
  2. Grotte à Chenuz

Grotte à Chenuz

La grotte à Chenuz est une cavité dans la région du Mont Tendre, dans les pentes du Risel. Le calcaire est propice aux baumes (avens, gouffres) et celui-ci, après des travaux, est accessible sans matériel. Aujourd’hui est le grand jour, il va falloir faire preuve de bravoure !

Cabane du Rocher

La veille, nous sommes une équipe à être venus à la cabane du Rocher, petit bijou de cabane au charme d’antan. Nous partons de là, tranquillement, par des croupes débonnaires. Nous retrouvons un sentier et passons devant une citerne (avec son toit de récolte d’eau).

Mont Tendre

Le sentier se poursuit, nous croisons un peu de monde sur cette section. Un peu plus loin, il y a des névés, va pour faire un crochet pour les voir. On suit désormais un joli mur de pierres sèches, rénové il y a une décennie environ. La pente se fait plus prononcée et on atteint le sommet du Mont Tendre avec son repère géodésique. Bien du monde est ici présent. En ce jour, la vue est voilée.

Buvette du Mont Tendre

Une pause puis nous repartons. Descente tranquille pour finir par arriver devant la buvette du Mont Tendre … et son groupe électrogène ! On poursuit par la route au N (à gauche) pour la quitter au portail. De là, on suit un large sentier utilisé par les machines agricoles. C’est en pente douce, entre quelques arbres. Cela nous fait passer devant un réservoir d’eau pour le bétail. Peu après, on arrive en vue d’un mur de pierres sèches. Je décide de le longer, il me sert de rail. Il n’y a pas de sentier.

Grotte à Chenuz

À la croisée de deux murs, il faut l’enjamber (barbelés) pour rentrer dans le pâturage. La carte mentionne un sentier, mais il faut à nouveau franchir les barbelés (par-dessous cette fois). Pas commode. Une vague et une marque, mais je perds vite le sentier, il y a bien du passage des animaux. Je finis par retrouver le sentier juste au-dessus de la grotte à Chenuz. Je me trouve devant l’entrée artificielle, un groupe de personnes en sort. Il fait bon frais (entre 5 et 7°c), avec la chaleur du jour cela fait une grosse différence.

La grotte a été découverte par un groupe d’explorateur dont Eugène Chenuz, postier. Des squelettes d’animaux ont été retrouvés (cerf, sanglier, chèvre, chien et des ours (un adulte et 3 oursons)). L’ours brun était assez fréquent au 19e siècle et le dernier fut tué en 1857 au Noirmont.

Un tunnel fut creusé pour rentrer dans cette grotte de façon plus simple que le trou supérieur. Creusé entre 1933 et 1941, on trouve au bout une échelle en aluminium. Cela permet d’accéder à une première grande pièce. On monte sur la gauche pour passer un pont en bois. On arrive dans une 2e pièce. Une pente raide se remonte, sol glissant. Une corde est à disposition. On arrive dans la pièce du trou naturel. Tiens une chauve-souris. Sur la droite, on file en descente dans une seconde pièce où une cathédrale pourrait se loger. Fort joli avec les stalactites et stalagmites. Demi-tour pour revenir à la 1ere pièce. Une autre échelle en aluminium permet de descendre dans un couloir ouvert. On fait le tour, une cavité est sur le côté. Au fond, il y a un trou. La suite est presque de la spéléologie et donc terminus pour nous. Voir la page d’Alain Visinand (ndlr: après discussion avec lui, il est possible d’y rentrer sans équipement, les pieds en premiers, la tête sur le côté. Des gants sont utiles. Si vous n’avez pas l’habitude, faites comme nous … demi-tour !). On reste un bon moment dans cette grotte, l’émerveillement est grand. En plus, avec la chaleur du jour, cela remet les compteurs à zéro.

On sort, un peu crotté, mais heureux. Pause picnic.

Baume du Fourneau

Puis, on reprend le sentier qui descend parmi les arbres. On rejoint la route au panneau indiquant la grotte à Chenuz. Il suffit de la longer. On passe devant le Baume du Fourneau, mais tant pis, là, c’est de la spéléologie pure. La route descend. Au bas du Pré d’Anselme, il faut remonter pour retrouver le parking du jour.

Conclusion

Cette randonnée sur deux jours se réalise sans soucis sur une journée. Mais dormir à la cabane du Rocher est un rêve enfin réalisé. Cette cabane ne se réserve pas, il faut s’attendre à y trouver peut-être du monde (nous avons pris tout notre matériel de bivouac). La grotte à Chenuz est superbe, magnifique. Il y a juste une petite difficulté à trouver le sentier qui s’enfonce en forêt au-dessus de la grotte.