Suisse | Fribourg

Corbetta

Corbetta est un sommet dont je suis venu deux fois en février : une fois en raquette (voir cette randonnée) et peu après en ski de randonnée (voir cette randonnée). L’idée du jour est tout simple : faire ce sommet par un parcours similaire, mais en version été. En été, j’aime bien faire des boucles (donc varier la descente), je modifie légèrement le parcours par rapport à la version hivernale

Les Ciernes

Je me gare au parking des Ciernes, départ du téléski en hiver. La variante est d’emprunter le sentier qui traverse la forêt pour la montée, je descendrai la piste de ski.

La Saira

Je longe la route pour chercher le sentier qui monte la forêt de La Saira, juste avant un pâturage et des chalets, mais le départ est introuvable. Il me semble deviner un reste de sentier le long d’un petit ruisseau. C’est surtout l’occasion de monter en hors piste sur un terrain détrempé. J’erre, mais finis par trouver le sentier. Il est plus facile de l’atteindre via le pâturage et la lisière de la forêt (le sentier est visible depuis là). Je poursuis ce sentier qui monte en douceur. Un passage d’un petit ruisseau. Le bois est charmant. Le sentier fait un virage et là, je perds à nouveau le sentier (il y a pas mal de passage de bêtes). Je finis donc en hors piste, droit en haut et rejoins la route goudronnée. Mazette, ce sentier est compliqué pour moi aujourd’hui. Pour la peine, je fais un détour pour voir l’arrivée du sentier : il débouche sur un parking avec du bois coupé entassé. Je rebrousse chemin et poursuis pour atteindre la piste de ski.

Supéla

Je poursuis par la route qui s’enfonce dans le bois de Supéla. C’est débonnaire et en pente douce.

Vuichouda

Cela me fait déboucher sur le pâturage de Vuichouda. La vue se dégage sur les préalpes en partie. La route de 4×4 monte pour passer devant la ferme de Vuichouda. Là, on remonte dans le pâturage, le sentier se fait pentu.

Corbetta

Je prends le temps de prendre mes photos un peu sous le sommet, car le sommet est environné d’épicéas. J’atteins le sommet de Corbetta qui est marqué par des panneaux, une table et des bancs. Va pour en profiter.

Piste de ski

Puis je reprends vie, poursuis par la croupe. Avant le téléski, je descends à gauche sur le pâturage, c’est la piste de ski. Le départ est raide, puis le terrain est massacré par les vaches. Lorsque la pente s’adoucit, cela va mieux. Les vaches sont présentes. Il y a des barbelés, que j’évite en passant au niveau de l’étable. J’en profite pour saluer Marguerite.

Les Ciernes

Plus bas des barbelés, je passe dessous. J’arrive à hauteurs de la route, encore des barbelés. Je pense les éviter par un portail, mais tout est cloué. Donc encore un passe-dessous-les-barbelés. Après la route, rebelote pour passer sous les barbelés (c’est le sport national ici !). C’est toujours la piste de ski. Elle fait un coude sur la droite.

La surprise, en arrivant presque à la fin, au niveau du départ du téléski est de trouver un portail, ce qui me fait éviter un passage dessous les barbelés (limite déçu !). Une petite descente me fait passer devant le départ du téléski et retrouver le parking du jour aux Ciernes.

Conclusion

Cette montée à Corbetta via un sentier atypique (la voie normale est depuis Les Vérollys) comporte quelques complications. Sentier au début à l’abandon et la descente via la piste de ski oblige à passer sous les barbelés. On peut se simplifier la vie en descendant par la route de la montée, mais on rate la vue et les couleurs de fin de journée !